Location de maison et studio en baie de Douarnenez

Animaux de Bretagne

La Bretagne est riche en faune sauvage. Sur terre, dans les airs ou sous l’eau, vous découvrirez de formidables animaux de Bretagne.

 

 

Mammifères en Bretagne

Sous l’eau, sur terre ou dans les airs. Retrouvez ici les mammifères visibles en Bretagne. Vous serez sûrement surpris de savoir que certains animaux existent en Armorique.

Ce dauphin fréquente des secteurs plus proches du littoral. Cela est bien sûr lié à son régime alimentaire plus orienté vers les petits poissons.
Sa longueur dépasse 2 mètres à l’âge adulte, pour un poids avoisinant les 100 kilogrammes.

Le grand dauphin est l’espèce la mieux connue du grand public grâce à la série télévisée Flipper le dauphin. On le distingue des autres grâce à son « sourire » caractéristique dû aux plis de son rostre. Longueur de 2/ 3 mètres, poids: 200 à 300 kg
Les chauves-souris sont les seuls mammifères volant au monde. En breton, chauve-souris se dit askell-groc’hen (aile de peau) ou logodenn-dall (souris aveugle). 21 espèces de chauves-souris ont déjà été observées en Bretagne.
Il est curieux et joueur approchant volontiers les bateaux. Il aime faire des acrobaties sautant au dessus de l’eau pour tomber sur les flancs. On l’observe faire l’espion en sortant la tête de l’eau de façon droite pour observer les alentours

Le cerf élaphe est appelé aussi cerf rouge. Le pelage est roux en été avec une ligne noire sur l’échine et gris brun en hiver. le poids pour une femelle est de 90 à 130 kg et 160 à 230 kg pour un mâle. Les bois du cerf repoussent chaque année.
Le chevreuil est un animal à la fois craintif et curieux. On le rencontre de préférence au lever et au couché du soleil, le plus souvent en lisière de forêt. Lorsqu’ils naissent, les faons sont tachetés et n’ont pas d’odeur corporelle.
Son nom latin signifie « tête globuleuse ». Une espèce nageant lentement qui n’entreprend pas ici de grandes migrations, mais qui se déplace principalement à la poursuite de proies. Un mâle atteint jusqu’à 6 mètres de long et pèse 3,5 tonnes.
Le sanglier, ongulé non ruminant, est un animal nomade qui se déplace beaucoup à la recherche de nourriture.Le poids du mâle peut atteindre 150 kg (voire beaucoup plus) pour 90 cm au garrot alors que la laie dépasse rarement les 100 kg.
Mammifère de taille moyenne. Il mesure 1,25 m de long, 35 à 40 cm au garrot et pèse entre 5 et 6 kg en moyenne. Le sens le plus développé chez le renard est, sans contexte, l’odorat : il possède 450 fois plus de cellules olfactives que l’homme.
Le Phoque gris est un mammifère marin de l’hémisphère Nord, qui fut longtemps chassé par l’Homme pour sa fourrure et sa graisse, notamment au siècle dernier. Il est actuellement protégé par des réglementations nationales et internationales.
La Loutre d’Europe est un carnivore semi-aquatique très bien adapté à l’élément liquide, grâce à son corps fuselé et hydrodynamique, à ses pattes palmées et à son pelage très dense qui limite fortement les pertes de chaleur dans l’eau.
Le Castor est le plus gros rongeur d’Europe (longueur sup. à 1 mètre chez l’adulte pour un poids moyen : 21 kg). Il est strictement végétarien. Les besoins quotidiens d’un adulte s’élevant à 2 kg de matière végétale ou 700 gr d’écorce
Il mesure jusqu’à 2 m pour 120 kg, les femelles 105. Les phoques se reposent souvent en petits groupes, sur des bancs de sables ou des rochers. Ils sont dans ce cas particulièrement méfiants et plongent à la moindre alerte.
L’Hermine est mince et souple. sa queue à toujours le noire au bout et une ligne de démarcation nette entre le brun-roux du dessus et le blanc du dessous. La longueur du corps est, pour le mâle,de 16 à 31cm, avec une queue de 6 à 12cm pour la queue.

 

 

 

Les oiseaux en Bretagne

Les oiseaux des cotes bretonnes et plus particulièrement finistérienne

Il repère les poissons en vol, plongeant en piqué d’une hauteur de 30 m. parfois. En approche finale, il adopte une posture aérodynamique typique (à l’image du concorde : les concepteurs s’en inspirèrent pour sa forme aérodynamique !)
L’une des particularités biologiques du fulmar est d’avoir une glande de dessalage de l’eau de mer lui permettant ainsi de boire. Le sel est rejeté au niveau des narines à la morphologie si particulière.
Le grand cormoran se nourrit principalement de poisson. Il plonge pour capturer sa proie, et il est capable de rester sous l’eau pendant plus d’une minute. Il remonte le poisson à la surface afin de l’étourdir en le secouant.
Le pingouin torda est grégaire. En hiver, il forme des troupes importantes qui sillonnent la haute mer en quête de nourriture. Pour pêcher, les bandes de pingouins plongent allègrement en quête de bancs de poissons.

Le macareux moine utilise son grand bec pour stocker ses proies. Il plonge des airs ou de la surface, et nage sous l’eau en s’aidant de ses courtes ailes. Il avale ses proies sous l’eau, sauf quand il nourrit son poussin.
Les espèces vivant le long des côtes de l’Atlantique sont sédentaires. Pour casser la coque ou la carapace de certaines proies, le goéland argenté laisse tomber l’objet d’une hauteur de plusieurs mètres sur un rocher ou une digue en pierre.
Les sternes, parfois appelées hirondelles de mer, sont des oiseaux aux longues ailes et au vol gracieux. Leur tête est couverte d’une calotte noire tandis que le reste de leur plumage est blanc et cendré, comme les mouettes.
Cette mouette marine de taille moyenne est assez caractéristique à cause de sa silhouette rondelette et de ses courtes pattes. Un peu plus grande qu’une mouette rieuse, elle peut être confondue avec un petit goéland argenté en raison de son dos gris.
Ce petit oiseau marin est brun-noir sauf le croupion et l’arrière des flancs qui sont blanc avec des limites supérieures et inférieures légèrement incurvées. Une nette bande blanche marque le dessous des ailes, facilement identifiable de près.

Le guillemot de Troïl consomme surtout des poissons (hareng, morue, merlan, maquereau…). Il pêche en plongeant en groupes dans les bancs de poissons. Le vol du guillemot est marqué de rapides battements d’ailes.
Les puffins des Anglais fréquentent les immensités océaniques, voyageant des froides eaux baignant l’Islande jusqu’aux eaux tropicales de l’Amérique du Sud. Ils ne nichent cependant pas avant l’âge de cinq ou six ans.

 

 

 

Poissons marins et Céphalopode de Bretagne

Une variété incroyable de poissons visibles le long des côtes finistérienne et plus particulièrement en baie de Douarnenez.

Le rouget barbet de roche est un poisson benthique c’est à dire vivant à proximité du fond. Il est présent dans l’océan Atlantique. Les barbillons sont pourvus de récepteurs tactiles et gustatifs, le rouget peut ainsi toucher et gouter ses proies !
Les baudroies arborent une véritable tenue de camouflage avec un dos brun, plus ou moins marbré, se confondant tout à fait avec le fond marin. La baudroie commune peut mesurer jusqu’à 2m et peser jusqu’à 45kg.
La sardine est une espèce de poisson pélagique grégaire. Elle vit à des profondeurs comprises entre 10 et 80 mètres, le long des côtes. Son activité la pousse vers de plus grands fonds où elle trouvera les petits planctons dont elle est friande.
Cette Raie vit sur les fonds vaseux et sableux, parfois jusqu’à 300 mètres de profondeur. Son activité est souvent nocturne et le jour, elle s’enfouit dans le sable. Elle se nourrit de petits poissons, de petits crabes et de crevettes.
La raie circulaire, Leucoraja circularis, est une espèce de raies appartenant à la famille des Rajidae. Espèce de raie de l’Atlantique et la Méditerranée, qui a 8 ou 10 taches claires circulaires dorsalement.
Raja montagui se rencontre en Atlantique, Manche, Mer du Nord, Ouest de la Baltique et en Méditerranée généralement entre 15 et 120 mètres de profondeur et jusqu’à 345 mètres en Mer ionienne.
La raie fleurie vie entre 20 et 500 m. de profondeur. Elle est presque entièrement recouverte de petites épines. Un grand ocelle rend caractéristique au centre de chaque aile, formé de tache jaunâtre sur fond noir
Le grenadier de roche est un poisson des profondeurs, de 1 m de long environ, qui semble tout droit sorti d’un film de science-fiction : une grosse tête et un corps profilé à l’extrême lui donnent un aspect plutôt étrange.
Le tacaud mesure entre 20 et 30 cm et peut aller jusqu’à 45 cm. Il se caractérise par sa couleur beige légèrement cuivrée et ses bandes verticales foncées, qui ne s’observent que quand il est dans l’eau. On reconnaît le tacaud à son barbillon.
La nourriture de l’anchois est à base de zooplancton ainsi que de phytoplancton et de petits crustacés planctoniques, d’oeufs et d’alevins de poissons pélagiques. L’anchois est un petit poisson de mer (20 cm au plus)
L’empereur est menacé de disparition d’ici 3 à 5 ans. Cette espèce des grand fonds à la croissance lente, a une maturité sexuelle tardive et se reproduit peu. Pas de taille minimum pour sa capture.
La dorade grise est un poisson bleu-gris vivant sur les côtes françaises. Son corps long et plat peut atteindre 30 à 40 cm. Le griset se nourrit d’algues et de crustacés, il se trouve près du littoral à une profondeur maximale de 100 mètres.
Le corps du bar est allongé et de couleur argentée. Il possède deux nageoires dorsales bien distinctes : la première, vers la tête, est dotée de rayons épineux. Sa nageoire caudale est échancrée. Il nage à -15 m à la recherche d’eaux riches en oxygène.
La lingue bleue (nom latin Molva dypterygia) nommée parfois lingue espagnole ou julienne. Il faut atteindre les fonds rocheux situés à au moins 500 mètres sous la surface pour trouver la julienne, raison pour laquelle on la connaît encore très mal.
Le merlan est un poisson prédateur. Les jeunes merlans se nourrissent principalement de crustacés (ex : crevettes). Les merlans adultes se nourrissent de poissons (sprats, anchois, tacauds…etc.), mais aussi de petits crabes et de mollusques.
Le maquereau est un poisson d’eau salée, appartenant à la même famille que le thon. Il se reconnaît facilement grâce à son ventre blanc, ses flancs nacrés et son dos zébré. D’une taille moyenne de 35 centimètres.
Le merlu se reconnaît par son corps allongé et sa grande bouche renfermant de nombreuses dents toutes fines. Il est pourvu de deux nageoires dorsales : l’une est courte, assez haute, l’autre est longue et plus basse ; et d’une nageoire anale.
Poisson plat de forme ovale et allongée, la sole vit sur des fonds sableux ou vaseux car, chassant ses proies la nuit pour se nourrir, nageant près du fond, elle s’ensable le jour pour se camoufler, ne laissant alors dépasser que ses yeux.
Le Cabillaud (Morue) est un poisson vorace. Le Cabillaud à une mâchoire caractéristique avec le maxillaire supérieur proéminent. Il a un barbillon très visible.Sur son corps, on trouve une ligne latérale claire et bien visible.
Les grondins grondent effectivement pour montrer leur mécontentement, notamment lorsqu’on les manipule. Les grondins compriment leur vessie natatoire pour produire ces grognements. ils sont capables de « marcher » au fond de l’eau.
Le congre est un poisson de la famille des congridés. C’est la forme de son corps qui le rend si peu avenant. c’est un poisson serpentiforme : très allongé, il évoque le reptile, comme sa cousine l’anguille avec qui il est parfois confondu.
Les orphies apparaissent près des côtes en début de saison chaude, y passent tout l’été et regagnent le large dès les premiers froids de l’automne. C’est un prédateur pélagique qui vit à proximité de la surface.
Le chinchard commun ressemble au maquereau car son corps est tout aussi élancé et fusiforme. Son pédoncule caudal – la partie postérieure de son corps – est très fin. Son dos est assez foncé, d’une teinte allant du gris au verdâtre
Un mérou peut mesurer jusqu’à 1m50 et peser 100kg. Le corps ovale et massif de cet impressionnant poisson est recouvert de petites écailles. Sa couleur présente des tons bruns, plus ou moins foncés et ponctués de taches plus claires.
Le requin pèlerin est un poisson cartilagineux. Pouvant atteindre 12 mètres de long, pour une moyenne de 10 mètres, ce requin est considéré comme le second plus grand poisson vivant actuellement sur Terre après le requin-baleine.
Malgré sa forme serpentiforme, la murène est bien un poisson et non un reptile ! Elle a poussé la spécialisation de son corps à l’extrême afin de mieux se mouvoir dans les habitats rocheux qu’elle affectionne particulièrement
Ce poisson à corps haut et comprimé, est marqué d’une tache circulaire sombre sur ses flancs. Il peut mesurer jusqu’à 70 cm et peser jusqu’à 20 kg. La première nageoire dorsale est constituée de rayons épineux allongés.
Les pageots sont des espèces de poissons marins perciformes. Ce poisson se rencontre en Atlantique, au niveau des îles Canaries, du Cap Vert… Il vit généralement à une profondeur comprise entre 40 et 100 m (max : 500 m).
Voici l’une des plus grandes espèces de poissons plats. Le Turbot est un poisson plat gaucher. Sa nageoire dorsale commence devant l’oeil. La ligne latérale marque un arc franc au dessus des pectorales.
Les roussettes sont des petits requins. Elle vit dans tous les océans excepté l’Arctique et l’Antarctique. Les roussettes ont le corps assez allongé, avec des nageoires situées assez loin à l’arrière du corps. Elles vivent en général près du fond.
L’espèce la plus courante est l’anguille d’Europe encore appelée anguille commune. L’anguille mesure de 40 à 150 cm. Les femelles pèsent parfois jusqu’à 4 kg. Ce poisson peut vivre au-delà de 25 ans.
La vieille est un poisson qui peut mesurer jusqu’à 60 cm de long et vit entre 1 et 25 m de profondeur. Des vieille de 40 à 50 cm (1 à 2 kg) sont courants près de la côte. L’hiver, elle s’éloigne du bord pour aller dans des profondeurs de 20 m et plus.
Avec leur corps cuirassé par une série d’anneaux osseux, les hippocampes se déplacent verticalement grâce à leur nageoire dorsale. Ils vivent le plus souvent attachés par leur queue préhensile à une algue ou une feuille
Les calmars constituent un important maillon de la chaîne alimentaire océanique et certaines espèces sont comestibles pour l’homme. Ce sont des espèces pélagiques vivant parfois de façon isolée mais le plus souvent en banc
Les pieuvres se caractérisent par leurs huit bras pouvant comporter chacun jusqu’à plus de 200 ventouses. Enfin, la pieuvre fait preuve d’une intelligence étonnante. Elle serait capable de déduction, de mémorisation et d’apprentissage.
Ces espèces peuvent projeter de l’encre appelée sépia commune aux espèces du super-ordre des décapodes. Seules les seiches de l’ordre des sépiides disposent d’un os, évolution d’une coquille interne, qui leur sert à gérer leur flottabilité.

 

 

 

Coquillages et crustacés

Une des grandes richesses de toute la façade Atlantique, les crustacés et les coquillages nous offrent une variété impressionnante d’espèces

On rencontre l’araignée de mer en Atlantique, en Manche et en Mer du Nord. Elle est commune sur la façade Ouest Atlantique de l’Irlande jusqu’en Mauritanie. Elle vit principalement entre 0 et 70 mètres de profondeur.
Le tourteau vit au fond de la mer, à la fois dans les zones côtières peu profondes et dans des profondeurs de 300 à 400 mètres. Il est facilement identifiable à la couleur brune orangée de sa carapace et à l’extrémité noire de ses deux pinces.
L’étrille se caractérise essentiellement par sa dernière paire de péréiopodes, transformée en véritable paire de pattes natatoires par un aplatissement des deux derniers segments. Mesure entre 7 et 15 cm de large
Il vit normalement de la limite de la zone de marée basse jusqu’à 50 m de fond. Il a une large aire de répartition puisqu’on le trouvait sur la quasi-totalité des côtes nord-atlantiques du littoral atlantique nord.
Quand on évoque la langouste, on se représente des paysages exotiques… Et pourtant, la langouste rouge est bien un crustacé présent naturellement en Bretagne. La langouste fait l’objet d’une taille minimale de capture.
L’étude des huîtres fossiles montre que de nombreuses espèces ont existé dans le passé et ont joué un rôle écologique et trophique important sur les plateaux continentaux. La production française est d’environ 130 000 tonnes par année
On appelle familièrement « bigorneaux » divers petits gastéropodes marins, en particulier ceux de l’estran, pourvu que leur coquille soit spiralée et bombée. Le bigorneau est le plus consommé des petits gastéropodes
Dotée d’une coquille conique épaisse, de couleur beige, brune, grisâtre ou jaunâtre, le bulot a un pied, tacheté blanc et noir, très développé, qui est la partie comestible de l’animal. Il vit une dizaine d’années.
Elle est de couleur rouge à brun, quelquefois rose ou tachetée. Les yeux (qui fonctionnent par réflexion) sont visibles sous la forme de points noirs brillants sur le bord du manteau d’une coquille Saint-Jacques entr’ouverte.
La langoustine commune vit sur les fonds sablo-vaseux, à proximité du plateau continental, de -15 à -800 m de profondeur. La langoustine est sédentaire, elle vit dans un terrier creusé dans la vase
Les moules, dans un environnement pollué, cet animal peut bioaccumuler des métaux lourds, dans sa coquille, et moindrement dans sa chair, parfois en atteignant ou dépassant les limites de sécurité pour la santé humaine.
Les couteaux sont des bivalves aux coquilles de forme allongée et symétrique. Les coquilles sont lisses et reliées entre elles sur toute la longueur. Leur chair blanc crème est ferme. Le couteau occupe l’estran.
Ces animaux introduits se sont reproduits naturellement et les larves planctoniques se sont disséminées aux environs. Désormais acclimatées à l’écosystème atlantique. Leur système circulatoire est de type semi-ouvert
Elles ont la particularité de posséder un rostre très développé en avant de la tête. Un autre détail qui permet de les distinguer des crevettes grises est la position de leurs yeux : la crevette rose possède des yeux pédonculés
La coque est un bivalve endogé, c’est-à-dire vivant dans le sol, se répartissant des sables fins aux vases sableuses. De plus, les coques sont des organismes à sang froid, la température a donc un impact direct sur le métabolisme

source: oiseaux.net | Ifremer | consoglobe.com | encyclopeche.com | wikipedia | mer-littoral.org | pavillonfrance.fr | parc-marin-iroise.fr

 

Les avis de nos locataires